Commune de CLARACQ

Accueil » Associations » Aînés ruraux » PARTenariats » 2018 History Le cénotaphe

2018 History Le cénotaphe

Publicités

Retour PARTENARIATS → capture-decran-2017-02-13-a-16-15-50

 

AGENCE DÉPARTEMENTALE DU NUMÉRIQUE des Pyrénées-Atlantiques – PAU

Le bleu des bleuets

Article proposé à la publication sur le site de l’ADN64

Inspiré d’un succès populaire de la chanson française des années 1900, ce titre sera incorporé par Georges Brassens en 1980 dans son répertoire. En évoquant cette poésie mélodique, comment ne pas faire le rapprochement avec la couleur qui marquera l’identité de nos soldats de 14-18. Certes le bleu des bleuets n’a pas la teinte du bleu-horizon mais il met en exergue de manière imagé les uniformes emblématique qui équipent en 1915 les « poilus », beaucoup moins voyant que le rouge garance porté par les soldats les premiers mois de la Grande Guerre. D’ailleurs les jeunes combattants de la classe 1917, nouveaux arrivés sur le champ de bataille, seront désignés « les bleuets » par les anciens incorporés, ces vétérans qui avaient connu l’ancien uniforme.

Après la guerre, le bleuet devient en France le symbole de la mémoire et de la solidarité en regard des victimes de guerre et des veuves; pour les anglo-saxons ce sera le coquelicot. Ces deux plantes adventices continuaient à pousser sur les terres bouleversées par les tirs pléthoriques d’obus de tous calibres, à la manière des soldats fauchés par la mitraille et sans cesse renouvelés. Des fleurs aux couleurs affirmées qui malgré tout poussaient là où la fureur destructrice était passée maître.

Dans ma jeunesse avec quelques camarades, le jour du 11 novembre, je me souviens avoir été recruté au hasard d’une rencontre par une des associations d’anciens combattants. Mon rôle constituait à solliciter la générosité des passants en échange d’une petite fleur de papier bleu à épingler au revers du veston de monsieur ou du châle de madame. En récompense de cette quête d’une matinée, j’ai reçu quelques piècettes de centimes de franc que je me suis empressé de dépenser en friandises à la boutique du quartier. De même au village de Claracq, la vente des bleuets était confiée aux enfants à la sortie de la messe. En cette année du 100e anniversaire de l’Armistice, pour en savoir plus sur les soldats de ce village morts pour la France, les Aînés Ruraux de Claracq vous invite à lire la brochure «Le monument aux morts» dans la collection CLARACQ à découvrir – Petite histoire, grand moment ! Pour consulter l’article sur le cénotaphe cliquez sur la couverture. ↓

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :